Prague est le lieu des avènements, des conclusions artistiques.

De Pont-Aven à Prague

Un pont trop loin

La galerie Jacquier à Pont-Aven à l'époque du mouvement idéoréaliste

Qu’est-ce qu’un mouvement ?

Un mouvement, c’est des idées et des hommes. Ces hommes deviennent alliés pour développer leurs idées. Une formule le traduit avec humour : « Une idée c’est un rêve qui finit bien ».

Les amis qui se sont réunis autour d’un manifeste, au début du siècle, partageaient « une certaine conception de l’art ». Ils se sont rassemblés dans l’action, notamment picturale. Puis la géographie, aussi sûrement que leurs doutes, les ont éloignés les uns des autres.

L’action n’est pas une fin en soi. De même, une opinion n’est pas en soi une idée. Les deux aspects doivent trouver leur légitimité pour convaincre. Ainsi, pour qu’un groupe devienne mouvement, il lui faut définir clairement ses concepts. Sur ce point, l’étude est incontournable.

Vue du pont Charles de Prague

Le rôle de l’étude

Yann-Fañch Perroches et Yvo Jacquier se retrouvent après dix années. Ils ont, sans se consulter, poursuivi la voie du travail théorique qu’ils avaient entreprise. Yann-Fañch Perroches met en oeuvre les outils de la « Médiation » dans une étude sur la musique. Il dispose au départ de deux supports solides : l’harmonie musicale, discipline à part entière, et la TdM de Jean Gagnepain.

L’étude de la peinture s’avère beaucoup plus délicate. On ne dispose pas de discipline comparable à l’harmonie musicale. Il a donc fallu créer un outil qui n’existe pas. Il est fort possible que la TdM devienne en quelque sorte le deuxième outil, mais cela ne se produira pas sans que le premier, la Géométrie Comparée, ait livré les constats scientifiques dont la Médiation a besoin pour opérer.


Prague

L'immense poète de la langue Tchèque
À Prague, Yvo Jacquier a fait la rencontre d’un jeune auteur Français : Guillaume Beys-Salvan. Yvo s’est installé dans cette ville pour s’imprégner de l’esprit Slave sans lequel on ne peut comprendre la Géométrie Sacrée. Guillaume est venu à Prague pour achever un master sur la littérature Tchèque, entrepris à La Sorbonne. Dans les deux cas il est question de symbolique et de sa présence dans l’art. Autre point commun : les deux ont décidé de rester, une fois leur but initial atteint.

Le contexte est particulièrement favorable. Par exemple, Prague est surnommée « conservatoire de l’Europe ». Quand vous croisez un Tchèque, la question qui s'impose est de savoir s’il est lui-même musicien ou s'il s'agit de son frère. La vie littéraire (poésie) et les arts plastiques (video mapping) sont également très présents. Comment quitter une telle ambiance ?

Pour l’instant, les affinités se traduisent par des projets concrets, dont certains sont présentés sur ce site. Ils témoignent d’un fonds commun de valeurs et de champ de recherches. En résumé : la symbolique. Le désir d’aller plus loin que l’action, sans précipitation, trouve son expression dans une formule : « Nous ne sommes pas un mouvement, nous sommes une époque ».